Les partenaires sociaux se penchent sur le prix des cartes train au 1er février 2016

Le Conseil national du travail (CNT) et le Conseil central de l’économie (CCE) ont émis un avis unanime sur la hausse du prix des cartes train applicable à partir du 1er février 2016. Cet avis s’inscrit dans le cadre des négociations en cours sur le nouveau contrat de gestion de la SNCB.

Remarques générales:
  • la SNCB justifie l’augmentation des tarifs par l’amélioration de la ponctualité des trains. Amélioration que le CNT et le CCE tiennent à nuancer : les critères ne sont pas comparables;
  • les partenaires sociaux reviennent sur la suppression unilatérale des abonnements hebdomadaires, depuis le 1er septembre 2015. Ce qui complique la vie des employeurs et des secrétariats sociaux quant à l’intervention patronale dans les frais de transport en commun des travailleurs occupés sur une courte durée (ex. étudiants);
  • la SNCB octroie des cartes train scolaires et cartes campus aux jeunes de moins de 26 ans qui suivent une formation en alternance auprès du Syntra (Flandre), de l’«Espace Formation PME» (Bruxelles), ou de l’Institut wallon de Formation en Alternance et des indépendants et des PME (Wallonie). Les conseils demandent d’étendre ces tarifs scolaires à tous les jeunes qui étudient ou travaillent en alternance, et ce, quelle que soit l’institution;
  •  les démarches administratives que doivent entreprendre les usagers pour être indemnisés des retards de train sont lourdes et ouvrent la voie aux abus. 
Les conseils demandent de tenir compte des points suivants dans le nouveau contrat de gestion :
  • prévoir une concertation entre la SNCB, le CNT et le CCE avant toute modification dans l’offre de titres de transport afin d’évaluer à temps l’impact direct et indirect sur l’intervention patronale dans les frais de déplacement domicile-lieu de travail;
  • reprendre le principe de traitement égal en matière de tarification des cartes train trajet et mi-temps. Au risque de fragiliser davantage les travailleurs à mi-temps, qui disposent déjà d’un salaire moindre et ont des horaires atypiques, et de les décourager à prendre le train.
  • dans le calcul du coefficient de ponctualité, tenir compte de critères tels que le taux d’occupation des trains, les trains supprimés, le moment de la journée, la ponctualité dans les gares intermédiaires, les retards causés par des travaux de longue durée, etc. Ils suggèrent d’utiliser également les ‘critères internationaux harmonisés’ afin de permettre une comparaison internationale de la ponctualité;
  • prévoir une disposition responsabilisant conjointement Infrabel et la SNCB en matière de ponctualité des trains;
  • respecter l’esprit des accords interprofessionnels du Groupe des 10 en faveur d’une pérennisation et d‘une prolongation du financement de l’intervention publique dans le prix de l’abonnement en transport en commun dans le cadre du système 80/20 avec une enveloppe ouverte (intervention de l’employeur: 80%; Etat: 20%).
Source: Avis du CNT n° 1967 - le prix des cartes train au 1er février 2016

Publié 07-03-2016

  270