Les congés parentaux seront bientôt possibles par demi-jour

Bientôt, les salariés pourront prendre un congé parental par demi-jour. Les partis de la majorité fédérale (MR, N-VA, CD&V et Open VLD) sont sur le point de trouver un accord sur cet élargissement. Le congé-parental pourra être pris durant 40 mois, à 1/10ème temps.

Publié 01-02-2018

un bébé avec ses mains devant ses yeux

Les congés parentaux pris par demi-jour

Bientôt, les salariés pourront prendre un congé parental par demi-jour. Les partis de la majorité fédérale (MR, N-VA, CD&V et Open VLD) sont sur le point de trouver un accord sur cet élargissement. « Celui qui choisira ce régime, optera sans aucun doute pour le mercredi après-midi et pourra donc en profiter pendant quatre années scolaires. Avec le temps, dans les petites entreprises, plus personne ne travaillera le mercredi après-midi » signale Christine Mattheeuws, la présidente du SNI. L’organisation des entrepreneurs indépendants est également totalement opposée à une autre partie de cette proposition, à savoir que tous les commerces à la côte et dans les zones touristiques puissent rester ouverts tous les dimanches. Ce serait alors la porte ouverte à une généralisation des dimanches d’ouverture, ce que le petit commerce ne saura pas faire.

Bientôt, le congé-parental pourra être pris durant 40 mois, à 1/10ème temps. Un accord à ce sujet est sur le point d’être trouvé par les partis de la majorité fédérale. Il serait donc possible de prendre un congé parental d’un demi-jour par semaine. « Pour les microentreprises et plus petites PME, cet élargissement du congé-parental serait loin d’être une évidence », signale la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. « De nombreux salariés qui travaillent déjà à temps partiel, prennent souvent le mercredi, afin de pouvoir passer le mercredi après-midi avec les enfants. Ce congé parental à 1/10ème temps semble être fait sur mesure pour le mercredi après-midi ». De plus, les travailleurs des petites entreprises habitent souvent à proximité de leur travail, ils ne perdraient alors pas de temps pour vite rentrer à la maison le mercredi après-midi, un inconvénient supplémentaire pour les petits employeurs qui seront plus que jamais confrontés à des travailleurs qui veulent prendre un congé parental par demi-jour.

La conséquence de cette nouvelle règlementation est que le fonctionnement correct de nombreuses petites entreprises, ayant très peu de collaborateurs en service, serait mis en danger, car le patron ne saurait pas assurer le fonctionnement tous les mercredis avec les collègues encore présents. Le congé parental est un droit légal qui ne peut être refusé par l’employeur mais qui peut juste être reporté de six mois si les raisons sont justifiées. De plus, un travailleur qui prend un congé parental bénéficie d’une protection contre le licenciement à partir de sa demande et jusqu’à trois mois après l’expiration du congé, il s’agit donc d’une période de quatre années. Ce régime 1/10ème sera, en d’autres termes, un fléau pour les petites PME et microentreprises qui représentent la grande majorité des entreprises dans notre pays.

Le SNI est tout aussi opposé à une autre mesure reprise dans ce projet : le fait que les commerces à la côte et dans les centres touristiques (qui sont de plus en plus nombreux) et qui occupent du personnel pourront dorénavant rester ouverts tous les dimanches. Actuellement, dans les villes balnéaires et centres touristiques, les commerces (qui occupent du personnel) peuvent être ouverts environ 40 dimanches par an et ceux sans personnel peuvent être ouverts tous les dimanches. Cet élargissement ouvre la porte à une généralisation des dimanches d’ouverture. D’une enquête du SNI, réalisée en janvier 2016, et à laquelle 755 petits commerçants de tous les secteurs avaient participé, il ressortait que 77 pourcent des sondés ne voulaient pas avoir la possibilité d’ouvrir tous les dimanches. Laisser la possibilité d’ouvrir les portes tous les dimanches est uniquement bénéfique pour les grandes chaines mais, dans le petit commerce, c’est quasi impossible.

Source : communiqué de presse Syndicat neutre pour travailleur indépendant

  308