Le travail indépendant : oui mais avec prudence

Pour la première fois, il y a plus de 100.000 indépendantes à titre complémentaire et 100.000 indépendants actifs après l’âge de la pension

Fin 2017, il y avait, dans notre pays, 1.086.805 indépendants. C’est 2,8 pourcent de plus qu’en 2016, selon une analyse du SNI basée sur les chiffres de l’INASTI. A noter que cette augmentation est principalement due à l’augmentation du nombre d’indépendants à titre complémentaire (+5,7 pourcent) et au nombre d’indépendants qui restent actifs après l’âge de la pension (+6,7 pourcent). En comparaison: le nombre d’indépendants à titre principal n’a augmenté, sur base annuelle, que de 1,2 pourcent. « C’est un résultat décevant, car nous avons besoin d’entrepreneurs qui s’investissent full time dans leur entreprise », explique la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. « Il y a encore du pain sur la planche au niveau social, fiscal et financier pour convaincre plus de personnes à opter avec décision pour l’entrepreneuriat ».

L’an dernier, le nombre total d’indépendants a augmenté de 2,8 pourcent dans notre pays, passant de 1.057.393 en 2016 à 1.086.805 en 2017, selon une analyse du SNI basée sur les chiffres de l’Institut National d’Assurances Sociales pour Travailleurs Indépendants (INASTI). Il est à noter que le nombre d’indépendants à titre principal n’a augmenté que de manière minime (1,2 pourcent) de telle sorte que l’augmentation du nombre d’indépendants est surtout due à l’augmentation du nombre d’indépendants à titre complémentaire (+5,7 pourcent) et du nombre d’indépendants restant actifs après l’âge de la pension (+6,7 pourcent). Pour la première fois, il y a plus de 100.000 indépendantes à titre complémentaire (à savoir 105.464) et plus de 100.000 indépendants actifs après l’âge de la pension (à savoir 105.328) qui travaillent dans notre pays.

Le SNI est préoccupé par le fait que le nombre d’indépendants à titre principal n’a augmenté que de manière minime. Il est clair que l’entrepreneuriat à temps plein effraie encore trop de monde. « Juste le jour où nous fêtons l’anniversaire des cinquante ans du statut social des indépendants, nous devons malheureusement constater que ce statut n’est toujours pas assez attrayant, même si des améliorations significatives ont été apportées ces dernières années », affirme Christine Mattheeuws, la présidente du SNI. « La pension d’indépendant qui est toujours aussi faible, l’absence d’un véritable filet de sécurité lorsque les choses tournent mal et la protection limitée en cas de maladie ou d’incapacité de travail constituent toujours des barrières pour les gens qui hésitent à devenir indépendant ». D’autres aspects comme les factures impayées, les charges salariales élevées, les impôts locaux vexatoires, les impôts élevés pour les personnes physiques et la charge administrative sont également un frein à l’entrepreneuriat et doivent être traités au plus vite.

Source : communiqué de presse Syndicat neutre pour indépendants

Publié 27-02-2018

  254