Le marché de l’emploi se féminise

Le marché de l’emploi se féminise, le non-marchand (84 % de femmes) en tête

Publié 06-08-2019

travail-femme

Chaque année, de nouveaux employeurs apparaissent et assurent de nouvelles occupations. Toutefois, ce ne sont pas les seuls qui assurent une croissance de l’occupation. Les employeurs déjà présents sur le marché en 2015 ont réalisé une croissance nette de l’occupation de 5,84 % entre 2015 et 2018. C’est ce qu’il ressort des chiffres de l’entreprise de services RH ACERTA qui reprennent tant les travailleurs que les équivalents temps plein dans les entreprises actives dans la période 2015-2018.

Des entreprises des secteurs privés, le non-marchand, l’industrie manufacturière et les services semblent employer le plus de personnes. De manière assez surprenante, la population active belge se féminise, le non-marchand en tête. Près de 8 travailleurs sur 10 actifs dans le non-marchand sont des femmes.

5,84 % de travailleurs supplémentaires

L’occupation dans les entreprises existantes a augmenté de 5,84 % ces 3 dernières années. C’est la conclusion de l’entreprise de services Acerta. L’entreprise a à cette fin analysé les statistiques du personnel de près de 40 000 entreprises en Belgique actives comme employeur entre 2015 et 2018. Cette croissance du nombre de travailleurs existe dans tous les secteurs et est la moins prononcée dans l’industrie manufacturière.

Benoît Caufriez, Director Acerta Consult : « Une poursuite de la tendance de l’occupation croissante ne résoudrait tout de même pas du jour au lendemain la pénurie sur le marché de travail belge. C’est une constatation, aucunement une invitation à endiguer l’augmentation des occupations. Au contraire. Dans l’industrie manufacturière – un secteur avec de nombreuses opportunités d’occupation pour les personnes peu qualifiées – cette augmentation aurait bien besoin d’un coup de pouce. Le volume de l’emploi le plus bas dans ce secteur peut sans souci être vu comme un appel : les initiatives pour stimuler la croissance de l’industrie manufacturière sont plus que bienvenues. »

La croissance n’est certainement pas quelque chose qui ne concerne que les nouvelles entreprises et organisations. Les entreprises existantes sont également une importante source d’occupation supplémentaire. Benoît Caufriez commente : « Les entreprises existantes aussi doivent recevoir un soutien suffisant pour leur permettre de grandir. Les autorités feraient donc mieux de ne pas se concentrer uniquement sur les nouvelles entreprises. »

6,5 % d’équivalents temps plein supplémentaires

5,84 % est la croissance réalisée en nombre de travailleurs entre 2015 et 2018. La croissance en équivalents temps plein (ETP) de ces entreprises est encore plus élevée : exprimée en unités temps plein, l’occupation dans les entreprises et organisations existantes a augmenté de pas moins de 6,5 % dans la période concernée.

Benoît Caufriez commente : « Dans une précédente enquête, Acerta avait déjà découvert que la demande de plus de contrats à temps plein est à la hausse et que la durée du travail des contrats à temps partiel augmente. Cette analyse le confirme. Nous répétons encore une fois que les "plus gros" contrats sont également une façon de s’attaquer à la pénurie sur le marché de l’emploi : si vous dénichez des talents, optimisez-les au maximum. »

Le marché du travail se féminise, 8 travailleurs sur 10 dans le non-marchand sont des femmes

Un autre élément qui ressort des chiffres d’Acerta est la féminisation du marché belge du travail. L’augmentation de l’occupation est en règle générale plus importante pour les femmes que les hommes. Exception faite du secteur des services.

La croissance n’est pas seulement plus importante parmi la population active féminine, le rapport hommes-femmes penche dans certains secteurs en faveur des femmes. Dans le non-marchand, les femmes sont davantage sur-représentées : près de 84 % des travailleurs y est une femme, contre 16 % d’hommes.

Le secteur des services aussi emploie plus de femmes que d’hommes. Il n’y a que dans l’industrie manufacturière que les hommes sont encore clairement majoritaires.

Source : communiqué de presse Acerta

Socialeye

Les commentaires approfondis sur le travail des femmes sont repris sur Socialeye.

  49