La moyenne de 2,4 jours de chômage économique par an confirme la relance économique

3,6 jours de chômage économique par an en Wallonie, 2,9 jours en Flandre et à peine 1/2 jour à Bruxelles (0,6). C’est ce qui ressort des chiffres du groupe de services RH Acerta pour le premier trimestre de 2017. Ceci confirme surtout la relance économique dont les prémices étaient apparues l’an dernier à la même période. Cette tendance se poursuit dans tous les grands secteurs à l’exception des secteurs du textile et de la confection. Cette baisse générale se manifeste tant dans les petites que les grandes entreprises.

7,37 % de tous les ouvriers en Wallonie et 6,69 % en Flandre sont confrontés au chômage économique. À Bruxelles, seuls 1,27 % des ouvriers ont été mis au chômage temporaire pour raisons économiques au cours du premier trimestre de 2017. Le nombre total de jours de chômage économique reste faible en comparaison avec le nombre de jours ouvrables, avec 1,55 % pour la Wallonie, 1,27 % pour la Flandre et seulement 0,28 % pour Bruxelles.

Benoît Caufriez, Business Manager chez Acerta Consult : « À Bruxelles, le chômage économique concerne davantage certaines entreprises et travailleurs : moins de personnes sont impliquées, mais les périodes sont plus longues. Le terme “période” n’est pas tout à fait correct : nous parlons ici d’à peine 1/2 jour de chômage économique sur les 230 jours de travail par an. Il convient donc de surtout retenir que le chômage économique reste faible et continue de baisser, ce qui coïncide avec une reprise économique. »

Tous les secteurs sont concernés, à l’exception de la confection et du textile
Si nous prenons les principaux secteurs, nous constatons que presque tous profitent d’une amélioration du climat économique et que le chômage économique connaît une baisse générale. Dans le secteur de la métallurgie, la baisse par rapport aux jours ouvrables passe de 2,17 % à 2,11 %. L’industrie alimentaire se porte encore mieux et enregistre une baisse de 27 % en passant de 2,18 % à 1,69 %. Le secteur du transport connaît une amélioration de 10 % par rapport à la même période l’an dernier. La construction enregistre même un pourcentage de 20 % et passe de 2,53 % à 2,03 %.

Benoît Caufriez : « Si nous observons le cas des électriciens, nous constatons là aussi une baisse de 20 %, ce qui indique réellement une relance générale dans la construction. » Il n’y a aucun secteur à la hausse ? Benoît Caufriez : « Si. Dans les secteurs de la confection et du textile, le nombre de jours de chômage économique pour les ouvriers est en augmentation. Ces secteurs enregistrent un chômage économique plus important au cours du premier trimestre de 2017 par rapport au trimestre équivalent pour 2016, soit une hausse respective de 28 % et 63 %. 5,89 % des jours ouvrables dans la confection finissent en chômage économique, un pourcentage qui monte à 7,21 % dans l’industrie textile. Un phénomène qui pourrait s’expliquer par le Brexit. »

Grandes et petites entreprises présentent des chiffres de chômage économique faibles et en baisse
Existe-t-il une différence entre les grandes et petites entreprises ? La baisse générale se manifeste ici aussi parmi tous les « formats » d’entreprises. Benoît Caufriez : « Le chômage économique est le plus bas dans les grandes entreprises comptant 500 travailleurs ou plus. Toutefois, on constate également que les plus petites entreprises employant jusqu’à 50 travailleurs se portent bien et suivent la tendance à la baisse. Et ce n’est pas négligeable, car ce segment est également un partenaire d’occupation important en Belgique. »

Source : communiqué de presse Acerta 

Publié 11-05-2017

  196