Une première maison de transition où les détenus prépareront leur réinsertion ouvrira ses portes le 1er septembre à Malines

Arrêté royal fixant l'intervention financière de l'Etat fédéral pour la maison de transition de Malines et d'Enghien

Le 1er septembre 2019, la première maison de transition ouvrira ses portes à Malines. Un petit groupe de quinze détenus en fin de peine y prépareront intensivement leur réinsertion. Le 1er janvier 2020, une deuxième maison ouvrira ses portes à Enghien, en Wallonie. Il s’agit d’un projet pilote qui durera un an. En cas d’évaluation positive, l’objectif consiste à étendre le projet à cent places réparties sur l’ensemble du pays.

L’exploitation fera l’objet d’un partenariat entre l’État et les sociétés G4S Care (pour le projet de Malines) et Exodus Nederland (pour le projet d’Enghien). Elles pourront compter sur un soutien fédéral. Pour le projet de Malines, un budget de 910 218,75 euros est prévu pour couvrir les frais de l’année de démarrage (1er septembre 2019 - 31 décembre 2020). Pour Enghien, le budget s’élèvera à 912 713 euros (1er janvier 2020 - 31 décembre 2020.)

Source: Arrêté royal du 22 juillet 2019 fixant l'intervention financière de l'Etat fédéral pour la maison de transition de Malines et d'Enghien, M.B. 05 août 2019.
Source: Arrêté royal du 22 juillet 2019 fixant l'intervention financière de l'Etat fédéral pour la maison de transition de Malines et d'Enghien, M.B. 05 août 2019.
Source: Arrêté royal du 22 juillet 2019 portant l'agrément d'une maison de transition à Enghien, M.B. 05 août 2019.
Source: Arrêté royal du 22 juillet 2019 portant l'agrément d'une maison de transition à Malines, M.B. 05 août 2019.
Voir aussi
Loi du 11 juillet 2018 portant des diverses dispositions en matière pénale, MB 18 juillet 2018 (art. 68-79).
Laure Lemmens
Wolters Kluwer
  134