Un examen d’entrée pour les étudiants en médecine et en dentisterie en septembre 2017

Sous la pression du gouvernement fédéral, la Fédération Wallonie-Bruxelles instaure un examen d’entrée pour les étudiants en médecine et en dentisterie. Pour l’année 2017-2018, cet examen aura lieu le 8 septembre 2017 à Brussels Expo, au Heysel, pour tous les candidats. Il est organisé par l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES). Dans la foulée, les mécanismes de financement des universités concernées sont adaptés à la réduction du nombre d’étudiants liée au dispositif. En outre, la situation des étudiants ‘reçus collés’ de l’année 2016-2017 est régularisée.

Cet examen d’entrée au premier cycle est le sésame qu’a imposé le gouvernement fédéral, en échange de quoi il garantit la délivrance des attestations d’accès à la profession (INAMI) aux étudiants diplômés de deuxième cycle dans les deux filières de formation (sciences médicales et dentaires). Du ‘donnant-donnant’…

Attention, cet examen d’entrée ne vise pas les diplômés en sciences médicales ou dentaires qui s’inscriraient dans l’autre filière dans le cadre d’une spécialisation en stomatologie. Par contre, il est aussi obligatoire pour les étudiants qui ont déjà acquis des crédits au sein d’une autre formation mais qui souhaitent accéder aux études de 1er ou 2e cycle en sciences médicales ou dentaires.

Parcourons les grandes lignes du nouveau décret du 29 mars 2017 relatif aux études de sciences médicales et dentaires.

L’organisation de l’examen

Pour 2017-2018, cet examen est organisé de manière centralisée par l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES). Il se déroulera le 8 septembre 2017 à Brussels Expo, sur le Plateau du Heysel. Les candidats doivent s’inscrire en ligne sur le site de l’ARES. L’inscription s’ouvre ‘dans le courant du mois de juin’, précise l’ARES, et court jusqu’au 1er août inclus (sauf force majeure). Elle coûte 30 EUR. Le candidat y indique ses coordonnées, la filière et l’université de son choix, et s’il est ou non résident. Les 30 EUR lui seront remboursés s’il participe effectivement à l’examen, ou s’il annule son inscription 3 jours ouvrables avant la date de l’examen.

A partir de l’année académique 2018-2019, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pourra organiser l’examen de manière simultanée au sein des différentes universités. Cet examen pourra aussi se dérouler une première fois durant la première quinzaine de juillet et une deuxième fois entre le 15 août et le 15 septembre. L’étudiant sera alors tenu de s’inscrire dans l’établissement où il aura passé l’examen. Cela ne l’empêchera toutefois pas de changer d’institution en cours de cycle.

En quoi consiste l’examen ?

L’examen comprend 2 parties écrites :

  • Partie 1 - Connaissance et compréhension des matières scientifiques : biologie, chimie, physique, mathématiques;
  • Partie 2 - Communication et analyse critique de l'information.

L’ARES détaille le programme de chacune des parties sur son site et propose même un ‘Quiz’ permettant à l’étudiant de se préparer aux épreuves dans les matières scientifiques.

Pour réussir l’examen d’entrée et d’accès, le candidat doit obtenir une moyenne d’au moins 10/20 pour chacune des parties, avec un minimum de 8/20 pour chaque matière composant les deux parties de l’examen. Les moyennes obtenues pour chaque partie sont ensuite additionnées pour obtenir la note globale. Les résultats de l’examen sont communiqués aux candidats 3 jours après la délibération du jury et au plus tard 10 jours après l’examen.

L’attestation ne vaut que pour une année… sauf cas de force majeure, auquel cas elle peut être valorisée pour 2 années académiques consécutives. En cas d’échec, l’étudiant ne pourra se représenter qu’une seule fois au cours des 5 années académiques suivantes (sauf force majeure).

Le nombre de candidats non-résidents ayant réussi l’examen d’entrée ne peut être supérieur à 30%.

Un jury tout neuf…

Un jury d’examen est créé pour l’ensemble des universités habilitées à organiser de tels examens. Il rédige les questions de l’examen, corrige les copies et précise les modalités d’évaluation, notamment. Les membres de ce jury sont désignés par le gouvernement de la Fédération Wallonie- Bruxelles, sur proposition des 5 universités concernées de la partie francophone du pays (à savoir, de Liège, Louvain, Bruxelles, Mons et Namur). Ils font partie des membres actifs ou émérites du corps académique de ces dernières. Leur mandat court une année, et est renouvelable tacitement.

Les membres du jury sont 10 en tout, soit 2 par universités. Un président et un vice-président complètent la composition du jury. Et l’ARES en assure le secrétariat. Le jury peut aussi se faire assister d’experts. Il doit, en outre, disposer de son propre règlement d’ordre intérieur.

Le financement de l’ARES et des universités

A partir de l’année budgétaire 2017, l’ARES reçoit une subvention annuelle de 800 000 EUR (indexée) pour assurer la gestion et l’organisation administrative et matérielle de l’examen d’entrée et du test d’orientation du secteur de la santé. Elle versera une partie de cette subvention aux universités lorsqu’elles assureront elles-mêmes l’organisation de l’examen.

Les 5 universités habilitées à organiser les cours en sciences médicales et dentaires sont financées selon une clé de répartition savamment mise au point. Le décret livre le pourcentage prévu pour chacune d’elle pour les années académiques 2017-2018 à 2021-2022. Ce mécanisme de financement est prévu jusqu’en 2026.

Et les étudiants ‘reçu collés’ en 2016-2017 ?

Le décret crée une base légale permettant aux étudiants inscrits aux études de premier cycle en sciences médicales et dentaires durant l’année académique 2015-2016 et ayant acquis au moins 45 crédits (sur 60) au cours de la 1ère année bachelier, d’accéder à la suite du programme du cycle en 2016-2017. Cette régularisation fait suite aux arrêts du Conseil d’Etat des 26 juillet 2016, 12 août 2016 et surtout aux ordonnances du Tribunal de 1ère instance du Brabant wallon du 20 septembre 2016 qui avaient forcé les universités à leur en donner l’accès.

Le décret fixe aussi le nombre d’attestations INAMI qui doivent être délivrées par les universités pour l’année 2016-2017.

Les étudiants inscrits en 1ère année en sciences médicales ou dentaires en 2016-2017 et qui n’auront pas réussi leurs examens en 1ère session sont inscrits d’office (avant le 31 juillet 2017), et gratuitement, à l’examen d’entrée du 8 septembre 2017. S’ils réussissent leurs examens en seconde session, ils seront retirés de la liste.

L’entrée en vigueur

Le décret de la Communauté française prend globalement effet à dater du 1er janvier 2017. Néanmoins, certaines dispositions s’appliquent rétroactivement lorsqu’elles concernent les années académiques antérieures.

Source:Décret du 29 mars 2017 relatif aux études de sciences médicales et dentaires, M.B., 14 avril 2017

Béatrice Morais

Décret relatif aux études de sciences médicales et dentaires

Date de promulgation : 29/03/2017
Date de publication : 14/04/2017

Publié 11-05-2017

  1427