Troisième série de mesures anti COVID-19 : interdiction de rassemblement, obligation de rester à la maison et fermeture d'autres magasins

Arrêté ministériel portant des mesures d'urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19

La Première ministre Sophie Wilmès l'a annoncé hier soir lors d'une conférence de presse conjointe du gouvernement fédéral et des entités fédérées : notre pays prend de nouvelles mesures pour lutter contre le virus COVID-19. Ces mesures sont énumérées dans un arrêté ministériel qui vient de paraître dans une troisième édition du Moniteur belge du 18 mars 2020.

Cet arrêté énumère les magasins et les commerces qui sont encore autorisés à rester ouverts. Il impose des heures d'ouverture limitées pour les magasins d'alimentation et les magasins de nuit, limite le nombre de clients dans les salons de coiffure et les grands magasins, et interdit les marchés. Et il interdit les soldes et les réductions de prix !

Les activités culturelles, festives, récréatives, sportives et horeca restent interdites. La livraison et la collecte des repas sont toujours autorisées. Mais les établissements horeca doivent stocker leur mobilier de terrasse à l’intérieur.

Signalons également que dorénavant, les rassemblements sont interdits (de jour comme de nuit).
Une promenade extérieure avec les membres de la famille vivant sous le même toit est encore possible. Les membres de la famille peuvent être accompagnées d'une autre personne. De même, l'exercice d'une activité physique individuelle ou avec les membres de sa famille vivant sous le même toit, ou avec toujours le même ami, est également autorisé, moyennant le respect d'une distance d'au moins 1,5 mètre entre chaque personne.

Une obligation de télétravail est également imposée : « Les personnes sont tenues de restées chez elles. Il est interdit de se trouver sur la voie publique et dans les lieux publics, sauf en cas de nécessité et pour des raisons urgentes ». L’arrêté dresse une liste de ces raisons urgentes, telles que se rendre dans les commerces dont l'ouverture est autorisée, passer au distributeur de billet ou à la poste, obtenir accès aux soins médicaux, fournir une assistance aux personnes âgées, se promener en extérieur avec le cercle de famille, ou encore se rendre à une cérémonie funéraire.

Le travail à domicile est obligatoire lorsque la fonction le permet dans toutes les entreprises non essentielles. La décision dresse une liste des entreprises essentielles qui ne sont donc pas tenues par cette obligation.
Les voyages non essentiels sont interdits.

Le personnel de police peut s'écarter des heures normales de travail et de repos.
Les infractions peuvent être sanctionnées par une amende pouvant aller jusqu'à 4000 euros (décimes additionnels compris) ou par une peine de trois mois d'emprisonnement en vertu de la loi relative à la sécurité civile. Les entreprises qui ne respectent pas les règles sur la distanciation sociale peuvent être fermées.

Ces mesures de lutte contre le COVID-19 sont entrées en vigueur ce 18 mars, à midi, et s'appliqueront jusqu'au 5 avril 2020 inclus.

Source: Arrêté ministériel du 18 mars 2020 portant des mesures d'urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19, M.B., 18 mars 2020
Carine Govaert / Benoît Lysy
  544