Qui succèdera à Vandoren comme directeur de l’OCAM ?

La Justice et l’Intérieur recherchent un nouveau directeur à la tête de l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM). Les personnes intéressées peuvent poser leur candidature jusqu’au 11 décembre 2015.

1er janvier 2016 – 31 mars 2017

L’entrée en fonction du nouveau directeur est prévue pour le 1er janvier 2016. L’actuel patron André Vandoren s’en ira alors définitivement, après sept ans. Son départ est prématuré car son mandat court encore jusqu’au 31 mars 2017. La personne qui sera désignée achèvera donc le mandat de Vandoren et il s’ensuivra une procédure de sélection.

Conditions de sélection

Pour avoir une chance d’être nommés à la fonction, les candidats doivent :

  • être nommés comme magistrats ;
  • être titulaires d’un diplôme de licencié, de master ou de docteur en droit (les examens de la licence doivent avoir été passés en néerlandais) ;
  • avoir atteint l’âge de 35 ans ;
  • avoir une connaissance approfondie du français et une bonne connaissance de l’anglais ;
  • être en possession d’un certificat de sécurité ‘très secret’ (ou être disposé à subir une enquête de sécurité avec un résultat positif obligatoire) ; et
  • avoir une expérience utile de cinq ans.

La fonction exige loyauté, intégrité et discrétion. Le candidat doit également disposer de ‘capacités verbales et écrites exemplaires’ et posséder les qualités requises pour diriger, coacher et motiver. Une grande capacité d’analyse et de synthèse ainsi qu’une capacité de raisonnement stratégique sont enfin exigées.

Description de la fonction

Le directeur est chargé avec son adjoint d’établir un plan de gestion (missions et objectifs de l’OCAM), d’organiser dans un règlement une méthode de travail et un programme de travail, d’administrer quotidiennement le personnel et de l’évaluer sur une base annuelle. Tous deux sont responsables de la rédaction des analyses de la menace, ils pilotent la mise en œuvre des priorités indiquées par le Conseil national de sécurité au sein du Comité de coordination du renseignement et de la sécurité, ils échangent des renseignements avec les services d’appui, ils restent en contact avec des services étrangers et ils représentent l’OCAM lors des réunions sur le terrorisme.

Prime spécifique

Pendant la durée de son détachement en qualité de directeur de l’OCAM, le magistrat agit en toute indépendance à l’égard de son service d’origine. Il conserve le traitement lié à la fonction à laquelle il a été nommé ainsi que les augmentations et avantages y afférents. Une prime spécifique lui est toutefois allouée dans le cadre de sa désignation comme directeur de l’OCAM.

Source:Emploi vacant de directeur de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Loi du 10 juillet 2006, Moniteur belge du 20 juillet 2006) - Appel aux candidats, MB 19 novembre 2015.

Laure Lemmens

Emploi vacant de directeur de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Loi du 10 juillet 2006, Moniteur belge du 20 juillet 2006) - Appel aux candidats

Date de promulgation : 19/11/2015
Date de publication : 19/11/2015

Publié 24-11-2015

  78