L’OCSC recherche un magistrat de liaison pour le contrôle des contacts policiers avec des partenaires internationaux

L’Organe Central pour la Saisie et la Confiscation (OCSC) recherche un magistrat de liaison qui sera notamment chargé d’exercer une surveillance sur les contacts opérationnels – policiers – entre l’OCSC et les partenaires étrangers dans le cadre des réseaux internationaux ARO (Asset Recovery Offices) et CARIN (Camden Asset Recovery Inter-agency Network).

La fonction n’est accessible qu’aux personnes ayant passé les examens de licence ou de doctorat ou de Master en droit en langue française. Le français ne doit toutefois pas obligatoirement être la langue maternelle du candidat ; une bonne connaissance de celle-ci suffit (de même que du néerlandais et de l’anglais).

Les candidatures ne seront recevables que si le candidat a exercé la fonction de magistrat au sein du ministère public pendant les trois années précédentes. Il doit en outre avoir un intérêt manifeste pour les matières qui sont de la compétence de l'OCSC et être prêt à acquérir rapidement une solide expertise dans ce domaine, être résistant au stress, faire preuve de suffisamment de flexibilité pour pouvoir assumer des tâches imprévues, et disposer de bonnes aptitudes à la communication.

Les personnes intéressées peuvent introduire leur candidature auprès du SPF Justice (DG Organisation Judiciaire) jusqu’au 17 octobre 2015.

Le magistrat désigné n’aura pas pour seule mission de surveiller les contacts opérationnels – policiers – entre l’OCSC et les instances comparables à l’étranger, mais aussi :

  • d’assister le directeur et le directeur adjoint dans l'exécution de leurs missions ;
  • de veiller à la coopération opérationnelle avec les parquets, les magistrats de référence de l'OCSC, les juges d'instruction et les greffes ;
  • de diriger les enquêtes de solvabilité et les enquêtes pénales d'exécution menées par l'OCSC à la demande des différents parquets ;
  • de rendre un avis juridique en matière de saisie et de confiscation aux différents acteurs de la justice, notamment par le biais du « helpdesk Justice » ;
  • de conseiller les acteurs judiciaires en ce qui concerne des demandes d'entraide judiciaire entrantes et sortantes, des « freezing orders » et des « confiscation orders » si l'OCSC est requis à cet effet ;
  • de prêter assistance au directeur en ce qui concerne les contacts avec les divers partenaires nationaux et internationaux de l’OCSC ;
  • de collaborer au dernier contrôle du règlement des dossiers par les « case units » ; et
  • d’exécuter toutes les missions telles qu'elles lui sont confiées par le directeur.

Source:Ordre judiciaire. - Place vacante, M.B., 17 septembre 2015
Voir égalementLoi du 26 mars 2003 portant création d'un Organe central pour la Saisie et la Confiscation et portant des dispositions sur la gestion à valeur constante des biens saisis et sur l'exécution de certaines sanctions patrimoniales, M.B., 2 mai 2003

Laure Lemmens / Benoît Lysy

Ordre judiciaire - Place vacante

Date de promulgation : 17/09/2015
Date de publication : 17/09/2015

Publié 21-09-2015

  85