Webinaire - Temps de travail : la flexibilité est la nouvelle norme

Un webinaire va vous fournir les clefs pour adapter le temps de travail devant les nécessités de la flexibilité.

Publié 06-10-2020

La flexibilité au travail est incontestablement un sujet d’actualité. Répondant à une demande croissante de leurs travailleurs, de plus en plus d’entreprises recherchent les meilleurs moyens de rendre le temps de travail plus flexible.

Ce webinaire est consacré à l’étude des mécanismes permettant d’atteindre cet objectif qu’il s’agisse de la mise en place d’horaires flottants, du télétravail occasionnel ou encore des vacances dites « à la carte ».
En 45 minutes, les participants apprendront ce qu’il faut entendre par « heures supplémentaires » et acquerrons une vue d’ensemble des règles applicables et des différents instruments permettant une flexibilisation du temps de travail. Une séance de questions-réponses est prévue à la fin du webinaire.

Webinaire

Un webinaire organisé, dans le respect des règles de confinement, le jeudi 15 octobre 2020 de 12h00 à 13h00, vous permettra d’obtenir des conseils pratiques pour pouvoir répondre à toutes les questions qui vous sont posées en relation avec la flexibilité du travail. Vous pouvez vous inscrire via SocialEye pour le suivre en direct. Il sera également disponible en replay sur SocialEye.

Parmi les questions pratiques abordées :

  • le temps de travail : principes ;
  • les différents systèmes d'horaires de travail ;
  • les régimes de travail flexibles ;
  • les Horaires flottants ;
  • le télétravail occasionnel ;
  • les heures supplémentaires ;
  • les systèmes de vacances.

Orateur

Emmanuel Plasschaert est avocat au cabinet d'avocats Crowell & Moring (Bruxelles). Avec plus de 15 ans d'expérience professionnelle dans le domaine du droit social, il a publié plusieurs articles et livres sur différents aspects du droit de travail en Belgique. Me Plasschaert est également membre du comité de rédaction des 'Chroniques du droit social'.

Stephanie Michiels (avocate au cabinet d'avocats Crowell & Moring).

  134