Malade pendant les vacances : pécule de vacances ? salaire garanti ? allocation de chômage temporaire coronavirus ?

La mise en œuvre du droit européen a déjà eu des répercussions sur la matière des vacances annuelles en garantissant des vacances supplémentaires en cas de début ou de reprise d’activité. Il faut s’attendre prochainement à d’autres modifications notamment à l’égard des personnes dont le contrat est suspendu pour cause de maladie.

Publié 12-08-2020

SocialEye question & réponse

Socialeye est une base de données qui vous propose une aide en ligne par l’intermédiaire d’un « chat interactif ». Vous ne trouvez pas rapidement l’information que vous cherchez sur SocialEye ? Prenez contact avec les experts juridiques durant les heures de bureau, ils vous aideront volontiers à orienter vos recherches vers l’information voulue.

Le droit aux vacances

Le droit aux vacances est fonction des prestations accomplies au cours de l’année civile précédente. Pour le calcul des vacances de l’année 2020, on tiendra compte des journées de travail (et des journées assimilées au travail) de l’année 2019.

Ce principe était contraire à l’article 7 de la directive 2003/88 car il ne garantissait pas un minimum de 4 semaines de vacances par an à tous les travailleurs (ex.: le jeune qui entame une activité professionnelle en septembre).

Face à la mise en demeure de la Commission européenne, la Belgique a adopté la loi du 29 mars 2012 qui intègre dans la loi sur les vacances annuelles la possibilité pour un travailleur qui débute ou reprend une activité de bénéficier de jours de vacances supplémentaires.

Maladie avant les vacances

Lorsqu’un travailleur tombe malade avant la date de prise de cours de ses vacances (individuelles ou collectives), il pourra reporter les jours de vacances et les prendre lorsque l’incapacité de travail aura pris fin.

Il en est de même si le travailleur tombe malade au cours du week-end qui se situe entre son dernier jour de travail et le premier jour de ses « vacances ». En effet sa période de vacances n’a pas encore commencée.

Pendant la période de maladie, le travailleur va bénéficier d’un salaire garanti payé par l’employeur. Attention, s’il s’agit de vacances collectives d’ouvriers, l’employeur ne doit pas payer de salaire garanti, les jours de maladie seront couverts par des indemnités de la mutuelle.

La période de maladie n’aura pas d’impact sur le droit à 4 semaines de vacances.

Maladie pendant les vacances

Lorsqu’un travailleur tombe malade pendant ses vacances (individuelles ou collectives), il ne pourra pas reporter les jours de vacances et ceux-ci viendront en déduction de son solde de congé.

La période de maladie a dans cette situation un réel impact sur le droit à 4 semaines de vacances et ne semble pas en conformité avec la directive européenne et l’interprétation qui en est donnée par la Cour de justice de l’Union européenne.

Et le salaire garanti ?

Pendant la période de maladie, le travailleur ne va pas bénéficier d’un salaire garanti payé par l’employeur mais par contre la période de 30 jours de salaire garanti commencera à courir. Les jours de vacances/maladie sont couverts par le pécule de vacances. La situation du travailleur après ses vacances va donc varier selon qu’il déclare ou non sa maladie pendant ses vacances :
- un travailleur tombe malade 1 semaine avant la fin de ses vacances, il le déclare à son employeur, à la fin de ses vacances, il pourra encore toucher un salaire garanti pendant 23 jours (30 jours – 1 semaine) ;
- un travailleur tombe malade 1 semaine avant la fin de ses vacances, il ne le déclare pas à son employeur, à la fin de ses vacances, il pourra encore toucher un salaire garanti pendant 30 jours.

Comme on peut le constater, le travailleur a tout intérêt, pour protéger sa période de salaire garanti, à ne pas avertir son employeur qu’il est malade pendant ses vacances et à remettre un certificat médical daté du jour de la reprise présumée de son travail.

Voyez le salaire garanti des ouvriers (module pratique et juridique) et des employés (module pratique et juridique)

Lorsque la crise sanitaire s'en mêle ...

En cette période de crise sanitaire, certains travailleurs bénéficient d'une allocation de chômage temporaire. Bien entendu cette allocation ne pourra être perçue pendant la période de vacances du travailleur, cette période étant couverte par le simple pécule de vacances.

Un travailleur qui tombe maladel pendant une période de chômage temporaire n’a pas droit au salaire garanti. Il ne s’agit en effet pas d’un jour d’activité habituelle pour le travailleur. Le travailleur peut alors bénéficier immédiatement d’une indemnité d’incapacité de travail qui sera octroyée par sa mutualité.

Si le travailleur était déjà malade avant la période de chômage temporaire, l’employeur n’est redevable du salaire garanti que jusqu’au début du chômage temporaire pour cause de force majeure. À compter du premier jour de chômage temporaire, le travailleur peut prétendre à une indemnité d’incapacité de travail de la mutualité.

Voyez : que se passe-t-il lorsqu'un travailleur est malade pendant une période de chômage temporaire ?

La situation des travailleurs en quarantaine est différente de celle des travailleurs en incapacité de travail. Ils peuvent, en effet, continuer à percevoir un salaire/traitement dans la mesure où le télétravail est possible. Si ce n'est pas possible, ils percevront des allocations de chômage temporaire.
Selon le SPF Emploi et l’ONEm, si le travailleur s’est rendu dans une destination qui était déjà classée en zone rouge au moment de son départ, il ne s'est pas comporté comme une personne normalement prudente. La force majeure ne peut dès lors être invoquée comme cause de suspension de l'exécution du contrat de travail pour la période de mise en quarantaine obligatoire. Le travailleur ne pourra donc pas percevoir d’allocation de chômage temporaire à charge de l’ONEm. Dans ce cas, si le travailleur ne peut pas exécuter son contrat de travail (par exemple, parce que le télétravail n'est pas possible) ou avoir recours à des jours de vacances ou de repos compensatoire pour couvrir la période de quarantaine, l’exécution de son contrat sera suspendue sous la forme d’une absence autorisée sans rémunération à charge de l'employeur.

Voyez : travailleur de retour d'une zone à risque que faire ?

  1442