Le Mémento des pensions 2015


Mémento des pensions 2015
La réforme des pensions fait régulièrement la une de l’actualité. Il est vrai que les changements dans ce domaine ne cessent de se succéder. Pas toujours facile, dès lors, de rester au courant de cette matière en perpétuelle évolution

Nous avons rencontré Greet van Gool, co-auteur du Mémento des pensions pour savoir comment elle voyait l’évolution du secteur pensions ?



Quelles sont les principales mesures qui ont permis de maîtriser l’augmentation du coût des pensions ?

Au cours des dernières années, les dépenses en matière de pensions n’ont cessé de croître et ce, pour différentes raisons. Tout d’abord, l’espérance de vie moyenne a augmenté. Les gens vivent plus longtemps, ce qui prolonge d’autant la période de paiement des pensions. Par ailleurs, le nombre de personnes qui rejoignent actuellement le rang des pensionnés est en forte augmentation parce que la « génération baby-boom »  atteint peu à peu l’âge de la pension. En soi, ces éléments sont positifs : les gens vivent plus longtemps parce que le niveau de vie s’est amélioré et que les soins de santé sont meilleurs et plus accessibles. Le nombre important de pensionnés est dès lors le reflet de l’amélioration de notre bien-être. Nous ne pouvons l’oublier. Par ailleurs nous ne pouvons donner aux pensionnés le sentiment qu’ils sont une charge pour la société. Il s’agit d’une réalité toute simple : le fait de devoir payer des pensions à plus de personnes et pendant des périodes plus longues augmente les dépenses de pension. Afin de pouvoir maîtriser ces dépenses, le gouvernement met tout en œuvre pour maintenir les travailleurs au travail  plus longtemps. Cela permet d’une part à la sécurité sociale d’engranger des revenus supplémentaires par le biais des cotisations sociales et, d’autre part, de freiner les dépenses de pension par le biais du report de l’âge de la retraite.

Comment inciter les gens à travailler plus longtemps malgré la suppression du bonus de pension ?
L’objectif du bonus de pension était louable : offrir un incitant (financier) aux personnes qui prolongent leur carrière et qui reportent leur départ à la retraite. Il ressort toutefois des études que la plupart des travailleurs qui en ont bénéficié étaient des personnes qui avaient de toute manière l’intention de travailler jusqu’à 65 ans et pour lesquelles le bonus constituait un petit supplément financier bien agréable. Rares sont ceux que le bonus de pension a réellement incités à prolonger leur carrière. La mesure a donc manqué sa cible. A présent, le gouvernement tente d’arriver au même résultat par un autre moyen. L’accès à la pension anticipée étant plus difficile (relèvement de l’âge de la pension, conditions plus strictes en matière de durée de la carrière), le nombre de personnes pouvant prendre leur pension avant 65 ans diminue et les intéressés sont incités à travailler plus longtemps.

Où en sommes-nous en matière d’harmonisation des différents régimes de pension ?
En ce qui concerne les formalités administratives et les procédures, les différents régimes de pension ont toujours présenté de nombreuses similitudes. En témoigne par exemple la réglementation relative  à la poursuite des prestations après la pension (« le travail autorisé ») : depuis de nombreuses années, cette réglementation est quasiment identique dans les 3 régimes (travailleurs salariés, indépendants, fonctionnaires). De même, l’âge de la pension est identique dans les 3 régimes (à l’exception des régimes particuliers pour les travailleurs salariés et dans le secteur public). Le calcul est toutefois différent, ce qui est compréhensible puisque les principes de base et le financement varient d’un régime à l’autre. Dans le régime des salariés, c’est la rémunération qui, depuis les années 50, sert de base de calcul. Dans le régime des indépendants, ce n’est que depuis 1985 que la pension est calculée en fonction des revenus sur lesquels des cotisations ont été payées. Progressivement, les 2 régimes se rapprochent. Quant au secteur public, il compte de plus en plus de contractuels, ce qui explique qu’ici aussi, les différences avec le secteur privé s’amenuisent.

Pensez-vous que le régime des pensions restera viable ?
Il est important que les gens puissent cesser de travailler à un âge raisonnable et bénéficier d’un revenu de remplacement honnête. A défaut, on risque de les priver de la perspective d’une « retraite bien méritée ». L’un des principes de base de notre sécurité sociale est en effet de garantir un revenu lorsque se produit un événement déterminé/un risque déterminé. D’autre part, il faut tout mettre en œuvre pour maîtriser les coûts. Comme dans de nombreux autres domaines, il faut donc veiller à prévoir un financement suffisant de la sécurité sociale (d’où l’importance d’encourager l’emploi et de maintenir un maximum de personnes au travail) et, par ailleurs, à contrôler les dépenses. À ce niveau, la justice sociale est particulièrement importante. Je suis convaincue que les gens sont disposés à faire preuve de solidarité  (solidarité des personnes actives à l’égard des chômeurs ou des pensionnés ; solidarité des personnes qui jouissent d’une bonne santé à l’égard des  malades,…), pour autant toutefois que cette solidarité soit correcte. D’où l’importance de la lutte contre la fraude sociale et fiscale. Si l’on continue à investir dans tous ces domaines et  dans la solidarité, il sera en effet possible de continuer à payer les pensions.

 
GreetVanGoolBiographie
Etudiante, déjà, je m’intéressais à la sécurité sociale. Les premières années de ma carrière professionnelle, je les ai dès lors passées au service pensions de l’INASTI (Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants), où je me suis spécialisée dans les pensions pour les indépendants. Plus tard, dans le cadre de mon travail au cabinet de Frank Vandenbroucke et de mes activités politiques, mon domaine d’activité s’est étendu à la sécurité sociale en général. Mais j’ai toujours continué à porter une attention particulière aux pensions, même si aujourd’hui, je m’occupe plutôt de la sécurité sociale européenne et de la politique internationale relative aux personnes souffrant d’un handicap. Il s’agit d’une matière véritablement passionnante !
Si vous voulez en savoir davantage : http://www.greetvangool.be/over-greet/

Publié 29-04-2015

  55