Wolters Kluwer est candidat à la digitalisation de la Justice belge

Pour pouvoir se développer, les legaltechs ont besoin de data.

Or, en Belgique, cette matière première fait défaut. Seules 150.000 décisions de justice sont disponibles en ligne et, parmi celles-ci, seule une minorité serait exploitable par des algorithmes.

 

Publié 04-06-2019

"Nous avons trois ans de retard par rapport à la France, ce qui est une éternité en matière de technologie Mais on pourrait rattraper le coup en publiant les arrêts dans le bon format. Si cela arrive, toute une série de legaltechs pourront s’en saisir et offrir de nouveaux services aux justiciables", observe Adrien van den Branden, avocat, blogueur et membre de l’Incubateur du barreau de Bruxelles.

C’est la raison pour laquelle Paul De Ridder, directeur général Belgique Wolters Kluwer Belgium, leader mondial de l’édition pour les professionnels du droit et poids lourd de la legaltech, souhaite candidater pour être l’entreprise qui digitalisera le million d’arrêts belges prévu. "Nous serions un bon partenaire du ministère de la Justice. Nous avons déjà une belle expérience en Europe. Nous avons mis 11 millions d’arrêts roumains en ligne, 2 millions en France, 4 millions en Espagne. Le ministère devrait faire un appel d’offres et nous candidaterons", affirme Paul De Ridder.

Cette digitalisation ainsi que l’anonymisation des décisions pourrait prendre moins d’un an, selon Paul De Ridder.

de-ridder-web-4
  70