uLaw, une plate-forme pour révolutionner la relation entre les avocats et leurs clients

Créée par l’avocat bruxellois Xavier Gillot, uLaw est une plateforme qui vise à proposer une solution globale destinée aux clients et aux avocats, en les accompagnant tout au long du processus juridique sur la base d’un système de valeurs qui se veut transparent, moderne et efficace.

Publié 18-04-2019

U-law

Sélectionner son avocat via un appel d’offre

Concrètement, l’utilisateur client s’inscrit sans frais sur la plateforme et y trouvera un grand nombre d’informations gratuites de ‘première ligne’ pour l’aider à clarifier ses questions, apprivoiser la matière et maîtriser les enjeux de son dossier.

 

S’il souhaite recourir aux services d’un avocat, il pourra sélectionner son conseiller sur la base de profils transparents et détaillés, complétés par une notation objective et fiable mais également des commentaires d’autres utilisateurs.

Et uLaw ajoute une petite révolution dans le secteur: le client pourra aussi lancer un appel d’offres sur la plateforme pour recueillir des propositions d’honoraires, les comparer, budgétiser sans surprise.

Garantie et transparence

uLaw se veut garante de transparence tout au long de la relation, ce qui se traduit également par un outil de gestion des dossiers qui permet d’assurer d’avoir une vision claire sur les échéances, les budgets, les étapes et garantir ainsi une collaboration et une communication efficaces, transparentes et constructives.

Un outil de notation des avocats

uLaw offre également à ses utilisateurs un outil de notation des avocats et de partage de commentaires, s’inscrivant ainsi comme précurseur afin de répondre à cette nouvelle attente des marchés.

Contrairement aux systèmes existants de notation qui reposent sur une contribution financière de l’avocat ou une simple addition mathématique de votes émis par des utilisateurs, la notation élaborée par uLaw et en phase d’approbation par les autorités officielles et fondée sur des critères objectifs, soigneusement étudiés et pondérés pour offrir une information la plus fiable possible (années d’expérience, spécialisations, valeur des dossiers, avis des clients, etc). Sans oublier une modération par la plateforme pour éviter tout effet «Tripadvisor».

Cette question anime beaucoup les débats actuellement. Elle fût encore soulevée dans le cadre du 3ème Electrochoc numérique face à l’arrivée, sur le marché, de plateformes ou organismes de notation qui atteignent déjà les avocats. Qu’ils le souhaitent ou non, le constat fut posé que les avocats sont déjà notés par ces nouveaux acteurs parfois peu fiables et la question n’est dès lors plus de savoir si les avocats doivent être soumis à cette nouvelle ‘norme’ du marché, mais comment assurer une notation objective et digne de confiance.

  233