De l’avocat à l’avocat-entrepreneur…

Une interview de Ralph Versweyveld, Business Manager Legal Software Europe North pour Wolters Kluwer

Publié 08-01-2018

ralph

Ralph Versweyveld, Business Manager Legal Software Europe North pour Wolters Kluwer, participait à l’atelier « Comment rendre la gestion de son cabinet plus intelligente ? » lors de l’Electrochoc numérique 2 (lire ici notre article). L’entrepreneuriat fut l’un des mots d’ordre de cette journée de réflexion.

Le métier d’avocat doit évoluer dans ce sens pour des questions de rentabilité mais aussi pour attirer et retenir les talents, selon Ralph Versweyveld et il existe des outils pour accompagner et faciliter ce changement.

 

L’avocat ne peut plus se contenter de gérer ses dossiers, mais doit se positionner en entrepreneur. Quels sont les causes de cette évolution du métier ?

 

En effet, le bureau d’avocats traditionnel est de plus en plus sous pression. Différents facteurs externes favorisent cette évolution : les avocats doivent adopter une attitude entrepreneuriale.

 

En premier lieu, il y a eu ces dix dernières années à une énorme pression sur les coûts. L’introduction de la TVA et le besoin de transparence des tarifs entrainent un plafonnement des revenus. En conséquence directe, une attention particulière doit être accordée aux coûts. L’époque où l’objectif le plus important était le nombre d’heures facturables est définitivement révolue. Il faut à présent avoir une vue claire sur la rentabilité des heures prestées, par client et par collaborateur.

 

Ensuite, nous constatons que de plus en plus de services juridiques sont offerts par des professions non juridiques. Par exemple, différents services on-line permettent, pour quelques dizaines d’euros, de rédiger des documents légaux. Ces contrats sont souvent rédigés ou vérifiés par un juriste, mais le modèle commercial se situe loin du bureau d’avocats. Les avocats doivent donc se montrer plus créatifs dans leur offre.

 

Enfin, on voit un certain nombre de cabinets se profiler de plus en plus vers l’on-line. Ils réagissent de manière intelligente aux changements dans les habitudes des consommateurs et des entreprises dans la recherche de conseils. Pour beaucoup, ce qui n’est pas visible en ligne n’existe pas. Les cabinets qui ignorent cette tendance manqueront à coup sûr le bateau.

 

Pour se positionner en bureau tourné vers l’avenir, l'innovation et le développement des affaires doivent devenir des fondamentaux.

 

En quoi une bonne gestion du cabinet permet-elle de retenir les avocats talentueux mais aussi les plus jeunes en son sein ?

 

Investir dans la formation des jeunes collaborateurs qui partent ensuite chez un concurrent est une source de frustration pour beaucoup de bureaux, surtout pour les petits et moyens. Il faut également pouvoir se demander : qu’offrez-vous, en tant qu’avocat ou en tant que collaborateur, en dehors de vos connaissances et de votre expérience ? Un plan de carrière est-il prévu ? Proposez-vous des outils adaptés aux besoins des générations actuelles ? Offrez-vous des feed-back, et votre collaborateur sait-il sur quelle base il est évalué ?

 

Gérer votre bureau signifie donc également que vous devez donner à vos employés non seulement la possibilité de se développer intellectuellement, mais aussi leur offrir un cadre agréable et adapté. La génération actuelle utilise beaucoup les apps et est très mobile. Il faut donc s’assurer qu’ils puissent travailler en respectant ces nouveaux modes de fonctionnement : les possibilités autour du travail numérique sont innombrables.

 

Chez Wolters Kluwer, nous venons de mettre en place un projet autour du « Futur Proof Working ». Tous les employés sont intéressés par le travail à domicile de manière régulière. Grâce aux bons outils, aux réunions par video-conférence, le contact reste intense et le contrôle sur le travail, naturel. Le retour des employés et des managers est presqu’unanimement positif. Un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, des attentes transparentes et la mise à disposition des bons outils ont un impact très positif sur la rétention de vos talents.

  727