‘Avocats et juristes face au futur 2020’ analyse les moteurs de performance en pleine période de changement dans le secteur juridique

Des experts belges confirment que la technologie est cruciale pour des performances de premier plan

La crise du coronavirus accélère la numérisation du secteur juridique. Le secteur était déjà en pleine évolution avant la crise, pour des raisons d’ordre économique, démographique, réglementaire, technologique et concurrentiel, qui se sont vues amplifiées par la pandémie de la COVID-19. 

Principales attentes pour les trois prochaines années

Les juristes s’attendent à ce que leurs organisations soient mises sous pression par certaines tendances dans les trois prochaines années. La technologie arrive en tête, suivie par la nécessité de satisfaire les attentes changeantes des clients et des dirigeants et par la priorité à l’accroissement de l’efficacité et de la productivité.

« Du fait des pressions exercées par la crise, tous les regards vont se tourner vers les performances des juristes. Ils vont devoir accroître leur productivité tout en délivrant la plus forte valeur ajoutée et le meilleur ROI », explique Martin O’Malley, Managing Director & Executive Vice President de Wolters Kluwer Legal & Regulatory. « Ces attentes, nées de la crise financière mondiale de 2008, demandent aujourd’hui une réponse urgente ». 

Les juristes adeptes de la technologie conservent leur avantage

frl_officeimage_shutterstock_796346002

L’étude Avocats et juristes face au futur réalisée en 2019 avait mis en lumière le fait que les Technology Leaders – ces cabinets et départements juridiques utilisant déjà activement la technologie – s’en sortaient, en général, mieux que les organisations n’ayant pas encore achevé leur transition. Ces résultats se confirment en 2020. Parmi les cabinets, 62 % des entreprises considérées comme étant à la pointe de la mise en œuvre des technologies (« Technology Leaders ») déclarent avoir amélioré leur rentabilité au cours des douze derniers mois, contre 39 % des organisations qui sont encore en transition (« Transitioning firms »). En outre, les Technology Leaders surpassent les organisations moins avancées sur le plan technologique à tous les niveaux : technologie, recrutement, structure organisationnelle et satisfaction client.

Autres résultats notables de l’étude

Relations entre les clients et les bureaux

  • 79 % des juristes d’entreprise trouvent important que les cabinets d’avocats avec lesquels ils travaillent soient efficaces et productifs, mais ils ne sont que 28 % à penser que leur cabinet actuel est dans ce cas.
  • Seuls 26 % des juristes d’entreprise se déclarent très satisfaits de leur cabinet d’avocats actuel.
  • 82 % des juristes d’entreprise jugent important que leur cabinet d’avocats mise sur la technologie.

Évolution du département juridique d’entreprise

  • Priorités : réduire les coûts juridiques externes, améliorer les transactions judiciaires et la gestion des projets, et enfin apporter une valeur stratégique à l’entreprise.
  • 82 % déclarent s’attendre à une utilisation accrue des technologies pour gagner en productivité.
  • 67 % des départements juridiques pensent que le Big data et l’analyse prédictive auront un impact dans les trois prochaines années.

Évolution du cabinet d’avocats

  • 67 % des cabinets d’avocats déclarent investir dans les nouvelles technologies pour soutenir les activités du cabinet et les dossiers clients
  • 39 % formalisent leur stratégie d’avis clients et 36 % se lancent dans des projets d’optimisation des processus.
  • 59 % considèrent que l’intelligence artificielle est la technologie qui aura le plus grand impact dans les trois prochaines années.

Avis d’experts belges

  201